tubery et autres

L'homéopathie, le magnétisme, la sophrologie, la relaxation, etc...
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
didine0410
Habitué(e)
Messages : 89
Inscription : 22 sept. 2006, 07:49
Contact :

tubery et autres

Messagepar didine0410 » 15 juin 2007, 17:16

Bon est ben les gens diront se qu ils voudront en attendant ca fait 1 an et demi que je prends du DPG du dr tubery par l intermediaire de mon homeopathe et de l association solidarite a toulouse qui les distribuent et bien c efficace
certes ca n empêche pasl es poussés mais on récupére vite de la poussé et sans séquelles quasiment
pour moi en tout cas sa va
en + c'est compatible avec quasiment tout meme les corticoides
on peut mem les prendre enceinte
aucun effet secondaire
prise de sang nikel
alors je comprends pas pk il y en a qui dise que c tous des truants car meme avec l assos il y a des aides
j ai appeller chez se mr tubérury l assoss m a donné son tel il fait une permanence le vendredi jusqu a 17h30 pour ceux qui on des questions...

voici le mail de l assos :
Madame,
Vous pourrez joindre le Dr Tubéry au 05 62 23 08 30Cordialement
Le Secrétariat
Association Solidarité pour le Soutien aux Malades
BP 32121
31020 TOULOUSE CEDEX 2
Tel : 05 34 25 94 60
Du lundi au vendredi de 10h30 à 17h30

et pour le reste je fais ou du moins j essaie mais plutot la methode kousmine
oui j aime trop le yaourt
il y en a un tres bon c a paris dr KEROS

Et si j efais le choix apres ma grossesse de ne pas prendrec de chimiques
et que ce que je fais ne suiffit pas j essaierai la methode
solomides
la encore il y a debat car bcp de gens le pense imposteur car la medecine n a pas mis ses trucs en ventes(pbls de sous pas rentable pour l etat)
mais je connais des gens qui l on pris et c t formidable
mais la je n ai pas eu le cran d essayer g besoin de plus de temoignage encore...

d ailleurs si qquelqun en prends je veux bien des infos..........

bisous


didine
bonjour à tous j'ai 27 ans sep depuis 2002
val d'oise 95 bisous

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 17 juin 2007, 22:05

désolée, je n'ai pas de témoignage à t'apporter sur solomides, mais comme pour tout il y aura certainement des détracteurs...
Après prise d'infos, j'en ai seulement entendu du bien dans mon entourage, mais rien de précis !
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 18 juin 2007, 15:33

Je ne connais pas la méthode du docteur Tubéry, mais je ne dirai qu'un chose : méfiance. (certain(e)s d'entre vous ne seront peut-être pas d'accord avec moi, mais je donne simplement mon avis).

J'ai déjà rédigé un message sur la comparaison médecines alternatives / médecine classique, mais je vais un peu en reparler ici.

Les médicaments classiques (ceux que tu appelles "chimiques, mais qui ne sont pas plus chimiques que du coca-cola ou une sucrette amincissante) ont une efficacité prouvée scientifiquement. Ca signifie que des études ont été faites sur un grand nombre de personnes soignées par ce produit, et qu'en moyenne, il apporte un bienfait. Chez certaines personnes, il marchera mieux que la moyenne, chez d'autres, il marchera moins bien, voire pas du tout (ça arrive, le corps humain est tellement compliqué). On sait donc que ça marche, au prix de quelques effets secondaires (un peu de fièvre par exemple). Si un médecin te propose un des quatre CRABS (les initiales de Copaxone, Rebif, Avonex et Betaseron), c'est qu'il a jugé que l'amélioration apportée par le traitement surpassait largement les effets secondaires. En acceptant ce médicament, tu fais un choix sûr, et si ça ne marche pas, tu ne regretteras pas d'avoir essayé, au moins.

Les médecines alternatives, comme Solomides ou les régimes Kousmine, etc, ont une efficacité la plupart du temps non prouvée. Ca veut dire que tu entendras des gens qui te diront que ça changé leur vie, que ça les a guéris, ce qui est peut-être vrai, mais tu n'auras la plupart du temps aucun chiffre précis. Et tu n'entendras pas, le plus souvent, les gens chez qui ça n'a pas marché. Et ces gens-là seront peut-être très nombreux. La SEP étant une maladie qui évolue très différemment selon les gens, des gens qui disent avoir été guéris par telle ou telle méthode alternative auraient peut-être vu leur état s'améliorer spontanément sans ce traitement alternatif.

Je ne précise pas celà pour démolir systématiquement les médecines alternatives, pqrce que certaines d'entre elles marchent paut-être. C'est juste que, pour beaucoup d'entre elles, on n'en sait rien du tout.

En revanche, certaines méthodes sont loin d'être inoffensives : certaines sont même carrément dangereuses : il y a quelque temps, j'ai vu des sites qui proposaient des injections de venin de cobra pour guérir la SEP. Certains régimes alimentaires trop stricts sans base scientifique reconnue privent le corps de nutriments essentiels, et du coup, n'améliorent rien du tout. D'autres sociétés, comme celle présentée par un certain tommy sur le forum, ne cherchent probablement qu'à faire de l'argent en vendant des traitements miracles.

Avant de te lancer dans telle ou telle option de traitement, ej te recommande donc plusieurs choses :

Choisir entre un traitement classique seul et une médecine alternative seule, c'est comme être sur une route nationale, et avoir tout à coup le choix entre deux itinéraires, sachant que tu veux prendre celui qui va le plus vite :
- une autoroute, sachant que tu ne pourras peut-être pas rouler à fond, mais tu sais de toute façon qu'il est possible de rouler plus vite que sur ta route actuelle. Ca, c'est le traitement classique : on sait que ça machera, pas aussi fort pour tout le monde, mais ça marchera, au moins un peu.
- une route départementale, où tu ne sais pas si tu auras plein de virages, un grosse côte, une route cabossée, ou une route normale où tu pourras rouler normalement. Ca, c'est le traitement alternatif : tu ne sais pas vers quoi tu vas, et quand tu yes, tu vois les gens à côté de toi sur l'autoroute qui roulent vite.

- si tu optes pour une médecine alternative, renseigne-toi au maximum, essaie de trouver des résultats d'études cliniques officielles, avec des chiffres précis, si possible pertinents (plusieurs centaines de personnes, etc...). Essaie aussi de voir le prix de ces traitements. un prix très élévé, non remboursé, proposé par une association ou une entrprise inconnue àl'étranger, est souvent très louche... Tu peux demander carrément à la personne qui te le vend de te prouver que ça fonctionne. Si elle ne répond qu'avec des témoignages de quelques personnes, méfiance méfiance...

En revanche, il est tout à fait possible de suivre un traitement classique en en parallèle de suivre un traitement alternatif, du moment que celui-ci n'est pas dangereux, que tu ne te ruines pas avec, et que tu en parles franchement avec ton médecin. Ca peut aider à se sentir bien, même si ça ne soigne pas directement la maladie, et se sentir bien aide beaucoup dans ce genre de cas. Par exemple, tu peux suivre des séances de magnétiseur, si tu as l'impression que ça te fait du bien. on sait que d'un point de vue médical, ça ne fait rien, mais si tu y crois, ça peut t'aider à te sentir mieux. Tu peux aussi suivre des cours de sophrologie, ça peut aider aussi. L'important est de ne rien faire de très coûteux ou de très dangereux (le venin de cobra), et de continuer à suivre un traitement dont on est sûr. Et en ce qui concerne les régimes, manger le plus équilibré possible, ni trop sucré, ni trop gras, comme disent les pubs !

Si vous voulez réagir, n'hésitez pas, je sais que ce genre de débat est souvent polémique.

En espèrant t'avoir aidé,

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 18 juin 2007, 21:28

Après avoir bien écouté et bien questionné mon neuro, j'ai résumé comme suit concernant l'interféron (c'est ça qui m'a été proposé) : "ça marche Peut-être à hauteur de 30% pour reporter une Eventuelle poussée" :oops: :oops: :oops: :oops:

A partir de là, j'ai pris des infos (très peu sur le net) autour de moi, j'ai vu un homéo et j'ai fait mon choix.
Qui a raison ? on ne saura jamais de toute façon !!!

Une chose me dérange, me fait peur carrément, depuis que j'ai compris que ce sont les labos eux-mêmes qui annoncent les % de réussite sur tel ou tel médicament nuul
Quand on sait ça, ça fait réfléchir tout de même :idea:

Ceci est mon avis, et n'engage que moi, c'est mon choix, je rajoute "pour l'instant", car je suis ouverte mais ne veux en aucun cas servir de cobaye, car avouez, tous et toutes, que nous avons tous eu des échos différents selon le médecin rencontré, comme en plus, ils ne savent pas se mettre d'accord, on n'est pas aidé :evil:

Je précise que je ne suis pas contre la médecine traditionnelle, mais si celle-ci acceptait déjà de reconnaître ses erreurs, la science avancerait certainement plus vite :!:

... Le débat reste entier...
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 19 juin 2007, 08:59

Il est vrai que les grands labos pharmaceutiques ont une mauvaise réputation, due en partie à leur image de grande multinationale qui ne pense qu'à l'argent. Mais si les résultats des tests sont souvent annoncés par les labos, les tests eux-mêmes sont rarement effectués par eux. Ce sont le plus souvent des centres médicaux : hôpitaux, cliniques... qui les font. Ce qui est logique après tout, puisqu'il faut un suivi médical pour apprécier l'efficacité du traitement. Les conducteurs des tests sont donc indépendants des labos eux-mêmes. Donc on peut généralement faire confiance à ces chiffres, à condition de bien savoir les lire.

Je confirme par ailleurs les chiffres qu'a donnés Gis : en moyenne, l'interferon (quelque que soit le médicament : Betaseron, Avonex ou rebif) permet de réduire de 33% environ la fréquence des poussées, ce qui est déjà bien. Ca a été montré par plusieurs études, dont certaines récentes. Pour la Copaxone, c'est à peu près pareil. Comme de plus l'interferon est utilisé dans la SEP depuis plus de 10 ans maintenant, on a des données sur l'évolution à long terme du handicap : grâce à l'interferon, on retarde de plusieurs années l'entrée dans la phase progressive, et le handicap évolue aussi moins vite. (là, je en me souviens plus des chiffres). Une étude récente a même montré que 60% des patients traités par Copaxone avaient finalement vu leur état se stabiliser.

Et pour en revenir à l'honnêté des labos, j'ai vu récemment que le fabricant d'un des CRABS (Avonex, je crois) avait demandé à des centres médicaux de faire une étude pour comparer l'efficacité de son médicament à celle de la copaxone. Il s'attendait à trouver un résultat en faveur de son produit, et en fait, les deux se sont retrouvés à égalité. Et il a quand même publié les chiffres. Donc tout n'est pas noir dans le monde des labos pharmaceutiques !

Ce qui manque à la médecine alternative, c'est ce genre d'études, qui permettrait de démêler le vrai du faux. Comme ça, on distinguerait ceux qui sont vraiment honnêtes et les charlatans. Le problème est que ce genre de médecine mène souvent une politique du secret ou de l'obscurantisme qui empêche de faire de vraies études (voyez le Aimspro en Angleterre : ils refusent de participer franchement à des études parce que, selon eux, ils doivent travailler le plus possible en secret).

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 19 juin 2007, 18:21

Invité a écrit : Les conducteurs des tests sont donc indépendants des labos eux-mêmes. Donc on peut généralement faire confiance à ces chiffres, à condition de bien savoir les lire.

Je confirme par ailleurs les chiffres qu'a donnés Gis : en moyenne, l'interferon (quelque que soit le médicament : Betaseron, Avonex ou rebif) permet de réduire de 33% environ la fréquence des poussées, ce qui est déjà bien.


J'ose avouer douter de l'indépendance, car en creusant bien le sujet, les enjeux économiques et financiers derrière tout ça pèsent lourds dans les résultats annoncés...

Je me vois obligée de rectifier tes propos qui me citent car je parlais au conditionnel, en citant, je répète : mon neuro, car il a acquiéscé à l'écoute de mon résumé, à savoir : "interféron fonctionneRAIT PEUT-ETRE à hauteur de 30% pour reporter une EVENTUELLE poussée", ... le tout en disant bien PEUT-ETRE car il y a trop de cas différents, malheureusement pour nous...

De toute façon, je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il est important de faire qqchose, de se battre, c important de se prendre en main car se laisser aller c laisser progresser la maladie bien plus vite !
Peux-tu nous dire la manière dont tu es concerné par la sep, invité ?
A+
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 20 juin 2007, 09:10

Le "peut-être" est exact, il signifie simplement que ça ne marche pas pour tout le monde. En moyenne, ce sera 30%, mais ça peut être plus ou ça peut être moins. C'est ce que ton neurologue a voulu te dire, je pense.

La SEP ne me touche pas directement, puisque c'est ma copine qui a eu le diagnostic récemment, à 22 ans. Elle devrait bientôt commencer son traitement par interféron.

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 20 juin 2007, 21:10

Bonsoir invité,
Qu'en pense ton amie ?
En parlez-vous aussi ouvertement ensemble ?
Dans tous les cas, le dialogue est primordial, du moment qu'elle peut exprimer son opinion aussi, d'ailleurs elle est peut-être ici ?? bla11
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 21 juin 2007, 09:23

Nous avions déjà parlé des médecines alternatives avant le début de sa maladie, elle est du même avis que moi, et nous en parlons bien ouvertement.

didine0410
Habitué(e)
Messages : 89
Inscription : 22 sept. 2006, 07:49
Contact :

RE

Messagepar didine0410 » 15 août 2007, 10:17

moi je suis d accord avec vous deux
perso j ai pris des palntes tubery pendant 1 an et c t pas mal du tout et la je voudrais essayer solomides
beaucoup pense que c est un charlatan , moi non
j ai de bon temoignage et j en recherche encore d ailleurs sur les effets
car j opte pour cela car j ai peur que l interferon me bousille le foi ou les reins comme a ete le cas pour ceux autour de moi de ma famille

solomides est distribue par l association : choisie la vie
bp 5 69510 MESSIMY
04 78 87 93 87
il envoie gratuitement des brochures sur ce produit avec formules etc
je v le montrer a mon neuro je verrais bien ce qu il dira.....

BISOUSSSS

Didine
bonjour à tous j'ai 27 ans sep depuis 2002

val d'oise 95 bisous

Bulle
Célébrité
Messages : 10598
Inscription : 02 juin 2007, 16:23
Contact :

Messagepar Bulle » 16 août 2007, 08:46

Merci Invité pour ton témoignage que j'approuve et partage aussi :) A chacun de faire son choix tout en sachant que de toute façon le risque zéro n'existe pas et il faut bien se soigner de toute façon :lol: Débat passionnant qui a déjà fait couler bcp d'encre :roll:

Neosep
Habitué(e)
Messages : 25
Inscription : 03 juin 2007, 17:52
Localisation : Guyancourt
Contact :

Messagepar Neosep » 16 août 2007, 12:00

Salut tout le monde,

Je croyais que d'après les médecins il n'y à aucune relation entre la SEP et l'alimentation.
Et effectivement quand on cherche sur internet on tombe toujours sur des sites non médicale ou pas très sérieux pour affirmer qu'il faut éviter certain aliment.

Mais....

J'ai trouvé un site qui parle d'une relation entre certain aliment et le risque d'aggravation de la SEP.

Ce site n'est autres qu'un site d'infos sur la SEP du très renommer laboratoire pharmaceutique "BAYER" qui commercialise aussi de l'interféron.

Je vous met le lien et bonne lecture

http://www.msdiagnose.ch/pages/index.cf ... 00&id=5334

Invité, même pour un scientifique, je ne pense pas que tu puisse contredire ces informations, car si on ne peut pas croire Bayer sur cette informations, je ne vois pas pourquoi on devrait le croire pour l'interféron.

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 17 août 2007, 17:29

Merci didine et neosep, on va potasser tout ça, ça en vaut la peine de toute façon :wink: car on n'est pas :arrow: ..... que des moutons, non ??? :idea:
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 19 nov. 2007, 14:53

Neosep a écrit :Salut tout le monde,

Je croyais que d'après les médecins il n'y à aucune relation entre la SEP et l'alimentation.
Et effectivement quand on cherche sur internet on tombe toujours sur des sites non médicale ou pas très sérieux pour affirmer qu'il faut éviter certain aliment.

Mais....

J'ai trouvé un site qui parle d'une relation entre certain aliment et le risque d'aggravation de la SEP.

Ce site n'est autres qu'un site d'infos sur la SEP du très renommer laboratoire pharmaceutique "BAYER" qui commercialise aussi de l'interféron.

Je vous met le lien et bonne lecture

http://www.msdiagnose.ch/pages/index.cf ... 00&id=5334

Invité, même pour un scientifique, je ne pense pas que tu puisse contredire ces informations, car si on ne peut pas croire Bayer sur cette informations, je ne vois pas pourquoi on devrait le croire pour l'interféron.


Je déterre ce topic, parce que j'ai retrouvé cette intervention à laquelle je n'avais pas répondu en cherchant la dernière intervention où j'avais discuté avec Neosep.

En fait, je vais répondre quelque chose qui va probablement étonner. Ca a beau être un site de Bayer, je ne suis absolument pas convaincu sur ce qu'ils disent sur l'acide arachidonique. Quand j'exprime une opinion favorable face à une découverte scientifique sur la sep, ou sur un traitement, ce n'est pas parce que c'est Bayer qui l'énonce. C'est parce que je trouve des références d'études cliniques avec suffisamment de patients, des études nombreuses et rigoureuses. En l'occurrence, je n'ai pratiquement pas trouvé de référence à une influence directe de l'apport d'acide arachidonique sur l'évolution de la sep. Les seules choses que j'ai vues sont des références à des travaux de recherche très en amont et théoriques sur des souris, et qui n'impliquent l'acide arachidonique que dans le détail du processus inflammatoire, sans faire de lien avec l'alimentation. A contrario, les études cliniques sérieuses abondent sur les interférons, et c'est pour ça que j'accorde une confiance personnelle raisonnable dans ces traitements. Ce n'est pas parce que c'est Bayer que je vais gober tout ce qu'ils disent, surtout quand je vois que ce n'set pas prouvé rigoureusement par grand chose.

Par ailleurs, pour ajouter un point sur cette hsitoire d'acide arachidonique et d'alimentation, je voudrais commenter la phrase "Je croyais que d'après les médecins il n'y à aucune relation entre la SEP et l'alimentation. ". Effectivement, beaucoup de neurologues disent qu'il n'y a pas de rapport direct entre la maladie et l'alimentation. En revanche, la plupart reconnaîtrons qu'il est important d'avoir une alimentation équilibrée, qu'on ait la sep ou pas. C'est peut-être plus important quand on a la sep, parce qu'il est inutile d'ajouter à la maladie d'autres affections liées à une mauvaise alimentation. En revanche, la plupart des neurologues pensent que l'alimentation ne peut pas constituer un remède miracle pour la sep. C'est d'ailleurs indiqué sur le site de Bayer dont tu donnes un lien, dans la page d'accueil de la rubrique sur l'alimentation (qui d'ailleurs n'est pas placée dans la section "thérapies pour la sep", mais dans celle sur l'hygiène de vie) :

Pour prévenir tout malentendu: il n’est pas possible de guérir la SEP – et l’alimentation ne le permet pas non plus. Même une alimentation saine et ciblée ne peut pas remplacer le traitement médicamenteux de la SEP.


Tout ça pour terminer ce débat oublié, et rebondir sur d'autres remarques qui ont été faites sur le forum : ce n'est pas parce que les labos le disent que je suis prêt à l'accepter sans réflexion : j'ai besoin de preuves pour me faire mon opinion, que les affirmations viennent des labos, de promoteurs des médecines alternatives ou de n'importe qui d'autre.

Neosep
Habitué(e)
Messages : 25
Inscription : 03 juin 2007, 17:52
Localisation : Guyancourt
Contact :

Salut

Messagepar Neosep » 19 nov. 2007, 17:16

Bonjour,

Invité je vois que mon dernier post t’as un peu énervé et j’en suis vraiment désolé.
Tu dois bien avoir lu quelque part que les sepiens ont des troubles de l’humeur lié à la maladie :wink:
Premièrement je te rassure cette histoire d’acide arachidonique j’y crois pas non plus.
Ensuite je d’accord pour dire que l’alimentation ne guérit pas de la SEP ni les interférons d’ailleurs.
Je pense par contre qu’une mauvaise alimentation accélère le processus destructeur de la SEP.

Pour revenir aux interférons je pense qu’ils sont efficaces sur certaine SEP mais souvent injustifiable pour certaine.
Ce qui me gène c’est la prescription systématique d’un traitement lourd par certain neuro qui sont formaté par les labos. (la ministre de la santé l’a reconnue officiellement après un rapport accablant paru il y deux semaine)

Quand on sait que 40% des SEP sont bénigne (chiffre donné à la conférence de Lyon sur la SEP) ont peut quand même réfléchir au traitement.

Ensuite il faut savoir que certaine personne ne peuvent pas prendre d’interférons (taux de transaminase trop élevés par exemple) alors si ont ne laisse aucun espoir à ces gens ce n’est pas très humain.

Les conseils que je donne ne sont pas dangereux, et mangé mieux en favorisant les aliments de qualité ne peuvent pas faire de mal et je pense sincèrement que cela empêche la maladie de se développer trop vite.
La dernière conférence sur la SEP à Prague parle d’ailleurs d’étude en cours aux USA sur l’alimentation et la SEP.

Pour finir je ne dirais à personnes de ne pas prendre d’interférons mais je pense qu’il faut donner au cas par cas ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

@+

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Re: Salut

Messagepar Invité » 19 nov. 2007, 18:34

Neosep a écrit :Bonjour,

Invité je vois que mon dernier post t’as un peu énervé et j’en suis vraiment désolé.


Ma réponse avait autant pour but de faire avancer le débat que de te montrer que je ne crois pas aveuglément à ce que disent les labos (rapport à une autre remarque ailleurs sur le forum)

Tu dois bien avoir lu quelque part que les sepiens ont des troubles de l’humeur lié à la maladie :wink:
Premièrement je te rassure cette histoire d’acide arachidonique j’y crois pas non plus.


Nous sommes d'accord là-dessus ;)

Ensuite je d’accord pour dire que l’alimentation ne guérit pas de la SEP ni les interférons d’ailleurs.
Je pense par contre qu’une mauvaise alimentation accélère le processus destructeur de la SEP.

Je crois que ce que les neuros veulent dire, c'est que l'influence de l'alimentation est la même sur une personne malade que sur une personne qui n'a pas la sep. Rien ne permet d'affirmer pour le moment que l'alimentation ait un quelconque effet direct sur la maladie elle-même. En revanche, les méfaits d'une alimentation déséquilibrée peuvent être plus sensibles pour une personne atteinte de Sep, déjà fragilisée par la maladie. Et effectivement, les interférons ne permettent pas de guérir la maladie, mais au moins de la ralentir de façon statistiquement significative, ce qui est déjà pas mal.

Pour revenir aux interférons je pense qu’ils sont efficaces sur certaine SEP mais souvent injustifiable pour certaine.


Effectivement, et ils ne sont prescrits qu'aux personnes présentant des poussées clairement définies.

Ce qui me gène c’est la prescription systématique d’un traitement lourd par certain neuro qui sont formaté par les labos. (la ministre de la santé l’a reconnue officiellement après un rapport accablant paru il y deux semaine)


Tu as la référence du rapport ? Ca m'intéresse.

Quand on sait que 40% des SEP sont bénigne (chiffre donné à la conférence de Lyon sur la SEP) ont peut quand même réfléchir au traitement.


La définition de Sep bénigne est souvent sujette à polémique, et les porcentages varient entre 15% et 40%. Qui plus est, on considère que la sep est bénigne lorsque le handicap est minime au bout de 10 ou 15 ans, a posteriori donc. Au moment où le choix thérapeutique se pose, on ne sait pas comment si la sep sera bénigne ou évoluera rapidement, on préfère donc prescrire de l'interféron. De plus, on commence à se rendre compte que des sep bénignes pendant 10 ou 15 ans peuvent très bien ne pas le rester, et devenir des sep rémittentes plus classiques, ou même secondaires progressives (http://www.neurologies.net/pathologies/contenu/Neuro%2042%20SEP.pdf, 1er paragraphe), d'où l'utilité de traiter. Enfin, des études récentes (l'étude BENEFIT, par exemple) commencent à montrer que l'interféron prescrit dès la première poussée (SCI) retarderait la progression du handicap à long terme.

Ensuite il faut savoir que certaine personne ne peuvent pas prendre d’interférons (taux de transaminase trop élevés par exemple) alors si ont ne laisse aucun espoir à ces gens ce n’est pas très humain.


Là, je en te suis plus : parce que certaines personnes ne peuvent pas prendre d'interféron, on ne devrait en prescrire à personne ? J'ai dû mal comprendre.

Les conseils que je donne ne sont pas dangereux, et mangé mieux en favorisant les aliments de qualité ne peuvent pas faire de mal et je pense sincèrement que cela empêche la maladie de se développer trop vite.
La dernière conférence sur la SEP à Prague parle d’ailleurs d’étude en cours aux USA sur l’alimentation et la SEP.


Il est incontestable qu'une alimentation équilibrée ne peut faire que du bien. La question est "qu'est-ce qu'une alimentation équilibrée ?"

Pour finir je ne dirais à personnes de ne pas prendre d’interférons

Bien dit !

mais je pense qu’il faut donner au cas par cas ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.


Ce n'est pas encore le cas, tu croiseras des gens sur ce forum à qui on a dit que le traitement n'était pas encore justifié, même si la pratique commence à évoluer (cf ma remarque précédente)

Avatar de l’utilisateur
gis
Accro
Messages : 2055
Inscription : 11 janv. 2007, 18:47
Localisation : bretagne
Contact :

Messagepar gis » 19 nov. 2007, 19:10

Concernant la mise en place d'un ttt de fond (interféron) systématique, je peux témoigner de l'ouverture d'esprit de mon neuro, puisque je refuse ce ttt !
A la première poussée, il m'a fait part des ttt existants, juste pour me les faire connaître et me préparer à mettre ça en place .
Mais.... c'était sans compter ma longue liste de questions !

A la deuxième poussée, il m'en a bien sûr reparlé, mais ne m'a pas forcé, en me précisant même, que pris à contre coeur, ça ferait plus de mal que de bien :roll:
Il a aussi pris en considération mon état général, car je fais facilement des trucs pas tout le monde :oops: !

Depuis, il ne me propose plus rien, mais veut toujours me suivre, pour ne pas se laisser surprendre au cas où
:idea:
De mon point de vue, il est clair que les neuros sont conditionnés par les labos... On est si peu nombreux à en être conscient
:?: :?: :?: :?: :?: :?:
surnommée "champignon" par mes enfants

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 19 nov. 2007, 23:04

C'est le droit de chacun d'accepter ou de refuser un traitement proposé, je ne le remets pas en cause.

Néanmoins, pourquoi voir toujours un conditionnement des médecins par les labos ? Et pas par une opinion émise par la communauté scientifique ? Dans leur choix thérapeutique, ils sont guidés par les recommandations de la communauté médicale, les instructions des autorités de santé, les informations reçues pendant leur formation continue, etc... qui ne sont pas émises par les labos, mais par des comités d'experts, et l'ensemble de la communauté médicale (conférences, congrès, résultats d'études cliniques)

N'oublions pas que les indications des médicaments ne sont pas établies arbitrairement par les labos, mais émises par les autorités sanitaires. Et les critères qui amènent à proposer un traitement sont clairs et bien définis, ça ne relève pas d'une pression de labos. Si la personne remplit les indications du traitement, on le lui propose, et sinon, on ne lui propose pas. Des pratiques douteuses de pression de la part des labos peuvent parfois exister (le monde n'est pas blanc ni noir), mais ce n'est pas la majorité des cas, heureusement.

Neosep
Habitué(e)
Messages : 25
Inscription : 03 juin 2007, 17:52
Localisation : Guyancourt
Contact :

Les labos

Messagepar Neosep » 19 nov. 2007, 23:56

Invité tu ne peux pas nier que les labos exerce une emprise sur les médecins.
Pourquoi?

Car ce n'est pas moi qui le dit mais un rapport de l'IGAS.

http://www.lesechos.fr/info/sante/4644194.htm

http://www.liberation.fr/actualite/soci ... 447.FR.php

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/ ... uses-.html

Bref c'est clair...

Invité
Fidèle
Messages : 334
Inscription : 11 mai 2007, 15:09
Contact :

Messagepar Invité » 20 nov. 2007, 01:08

Tu me prêtes des paroles que je n'ai pas prononcées : je ne nie pas que les labos aient une influence sur les médecins : le monde n'est pas blanc ni noir, et il faut remettre les choses à leur place. D'une part, les articles dont tu indiques les références disent eux-mêmes que les médecins savent dans une certaine mesure (je dis bien dans une certaine mesure) faire la part des choses. D'autre part, comme l'article de Libération le précise, environ 11% des affirmations des visiteurs médicaux ne sont pas pertinentes. Si tu prends ensuite en compte, que sur ces affirmations non-pertinentes, un certain nombre de médecins feront la part des choses (mettons les deux tiers, même si c'est peut-être pessimiste), ça n'aboutit pas à très grand nombre de prescriptions influencées : moins de 4%. Ca coreespond à ce que j'ai dit plus haut : une minorité. Et qui plus est, il faut voir dans quelle mesure elles sont influencées : ça n'a sûrement pas des conséquences gravissimes à chaque fois, et la "non-pertinence" de l'info délivrée par les visiteurs peut très bien être sans conséquence.

Tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi pour condamner ce genre de pratiques de la part des labos, mais ce n'est pas pour ça qu'on ne doit plus faire confiance aux médecins. J'en connais plusieurs dans mon entourage, et je peux te dire une chose : les visiteurs médicaux, ça les gonfle, et ils ne demandent pas mieux que de s'en débarrasser au plus vite quand ils viennent les voir.


Revenir vers « La médecine douce »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités